Contact
Slalom du Gâtinais : Alain Violas, l’Empereur du Gâtinais !!!...
  •  Général 
  •  Gr E 
  •  Gr C 
  •  Gr FS 
  •  Gr F2000 
  •  Gr A 
  •  Gr N 
  •  Féminines & Gr GT 
  •  Loisirs 
Quand les parcours se resserrent, Alain Violas se retrouve dans son élément. À Amilly, dans la banlieue de Montargis, l’Orléanais n’a jamais partagé la victoire et personne cette année, sur un parcours modifié avec deux passages particulièrement serrés, n’a été en mesure d’inquiéter le sociétaire de l’Écurie Orléans.

Dès la première manche, il ne faisait aucun doute qu’Alain Violas ne serait pas inquiété pour la victoire et comme Gilles Renoult, vainqueur du groupe C, a rapidement fait le nécessaire pour la deuxième place, il n’y a guère que la troisième marche du podium qui ait été disputée. Jean-François Cleuziou prend un meilleur départ, mais il bute sur la barrière de la minute, alors que Dominique Tixier parvient à la franchir. Au pris d’une dernière manche exceptionnelle, William Alain place sa BMW en tête des berlines et repasse Yann Demimuid pour la victoire en groupe FS, alors qu’Alain Barberon parvient enfin à faire chuter Christian Chasserat en tête des F2000. Vice-président de l’Écurie organisatrice, Denis Chéreau s’impose en groupe A, mais Philippe Guérin, au volant de la même voiture, ne lui a pas facilité la tâche. Cédrik Thollon et Olivier Chaussard se sont relayés pour mettre la pression sur Éric Ghesquière, mais le Beauceron n’a pas tremblé pour remporter le groupe N.

 
Alain Violas, évidemment !!!...

Malmené ses derniers temps, Alain Violas (Martini MK42/45) remet les pendules à l’heure et repart avec une nouvelle victoire. Seul dans la classe 3, Dominique Tixier (Martini MK49) parvient à dompter un tracé pas trop taillé pour sa monture et prend la deuxième place, alors que pour la troisième, Jean-Paul Hoyau (JPH), lauréat de la classe 2 devant sa fille Marise, réalise une belle prestation au volant de sa monoplace artisanale, avec une jolie cinquième place du général. Même si deux lycées n’ont pas fait le déplacement pour leur dernière course de l’année, les lycéens de l’opération « Lycées dans la Course » ont réalisé une jolie performance d’ensemble avec leurs deux meilleurs représentants dans le top 10, en réalisant un tir groupé dans la classe 1 derrière l’inaccessible Alain Violas. Au volant de leur Formule Renault Campus, Fabien Boiteux, de l’École Polytech’Orléans, décroche la septième place du général et Axel Thalgott, son camarade de l’IUT d’Orléans, clôt le top 10, alors que Jérémy Hardy (IUT Orléans) et François-Henri Le Gall (Polytech’Orléans) se placent un peu en retrait.
Gilles Renoult, : en dauphin du général !!!...

Toujours aussi peu de concurrents dans le groupe des Barquettes et Prototypes, mais les deux sociétaires de l’Écurie Vallée de l’Eure en sont les dignes représentants en se battant pour le classement général. Si Gilles Renoult (Le Gallen), vainqueur du groupe et de la classe C3.1, parvient à descendre sous la minute pour prendre la deuxième place du général, Jean-François Cleuziou (BFC) n’y parvient pas et reste au pied du podium du général. Troisième du groupe et lauréat de la classe CM, Mickaël France (PRM Fun Boost) sort une troisième manche exceptionnelle qui lui permet de titiller les bonnes monoplaces en bagarre pour le podium, alors qu’il n’en est qu’à sa première saison de sport automobile. Pour son retour à la compétition et après un galop d’essais sur les pentes de la côte de Sancerre, Vincent Scherrens (GFA Europa GT) poursuit son apprentissage en prenant beaucoup de plaisir.
William Alain : le funambule...

Le parcours serré ne semblait pas convenir à l’imposante BMW 2002 de William Alain, distancé par Yann Demimuid (Simca Rallye 2) lors des deux premières manches, mais dans un style tout en glisse parfaitement maîtrisé, le sociétaire de l’Écurie 41, seul dans la classe 3, renverse la situation. Désappointé, Yann Demimuid doit se contenter de la deuxième place et de la victoire de classe 1. À distance, Bernard Coatmeur (NSU TT) a dû sortir le grand jeu pour repousser, au groupe et dans la classe 1, les attaques de Sophie Szafranski, qui partage le volant de la Simca Rallye 2 de Yann Demimuid. Cinquième du groupe, Dominique Aulong (Renault 5 Alpine) domine sa femme Joëlle pour le gain de la classe 2, même s’il n’améliore pas son temps de la première manche. Il résiste quand même au retour de Jean-Marie Coatmeur (NSU TT), à la faute lors de la deuxième manche, alors que Jean-Stéphane Cardon, complète le classement de la classe 1 au volant d’une splendide Simca Rallye 2.
Alain Barberon : le tombeur...

Cela faisait quatre courses qu’Alain Barberon tentait de faire plier Christian Chasserat (Peugeot 205) en tête du groupe sans y parvenir. C’est désormais chose faite. L’apport d’une direction assistée sur la Citroën AX Sport y a sans doute contribué et Christian Chasserat doit donc se contenter de la victoire de classe 3. Vainqueur de la classe 2, Jérémy Gaïani (Peugeot 205) n’a pas ménagé sa peine en frisant la correctionnelle avec un passage sur deux roues lors de la dernière manche. Il est récompensé avec la troisième place du groupe. Second de la classe 3, Damien Taillandier (Renault 5 GT Turbo) prend une belle quatrième place du groupe, alors qu’Émilien Paucot (Citroën Saxo VTS) termine en dauphin dans la classe 2. Toujours dans la classe 3 et partageant le volant de la même Citroën ZX, Nicolas Picard et Sébastien Dupont ne sont séparés que de 0,062s, alors qu’un peu plus loin et au volant de la même Renault 5 GT Turbo, Roland Husson repousse Philippe Ménard de 0,429s.
Denis Chéreau : et une de plus !!!...

Afin d’être un peu plus nombreux dans un groupe qui ne fait pas recette, Denis Chéreau a offert à Philippe Guérin la possibilité de rouler sur sa Citroën Saxo. Il aurait pu s’en mordre les doigts, car même s’il ne prend plus très souvent un départ, Philippe Guérin lui a donné du fil à retordre et l’écart final n’est que de 0,596s. De retour à la compétition après sa mise au repos forcé consécutive à un poigné cassé, Hervé Tranchant prend la troisième place au volant d’une Peugeot 309 Gti16 avec laquelle il effectuait ses débuts, seul dans la classe 3. Franck Merlier a franchi le pas du groupe Loisir. Il vient de faire l’acquisition d’une Citroën AX Gti qu’il engage dans la classe 1 du groupe A et pour sa deuxième course à son volant, l’apprentissage se passe bien, avec trois manches regroupées en moins de trois dixièmes de seconde. Au volant de la même voiture, Alexandra Baron échoue au pied du podium de la Coupe des Dames pour 0,635s.
Éric Ghesquière : sous pression !!!...

La bagarre pour le gain du groupe à fait rage, mais Éric Ghesquière (Citroën AX Gti), seul dans la classe 1, n’a pas tremblé pour décrocher la victoire. Cédrik Thollon (Renault 5 GT Turbo) est le premier à mettre la pression, mais c’est lui qui ne va pas pouvoir résister au retour d’Olivier Chaussard (Renault Clio Williams), seul dans la classe 3 et qui vient mourir à 0,211s du vainqueur. Lauréat néanmoins de la classe 4, le pilote du TPRC se fait même déborder par le revenant Stéphane Mignot, vainqueur de la classe 2 au volant de la Citroën Saxo qu’Olivier Hronik lui a gentiment confié et par Olivier Hronik lui-même, qui lui souffle la quatrième place pour 0,129s. Au volant de la même Renault 5 GT Turbo que Cédrik Thollon, Philippe Fabre prend la sixième place du groupe, alors que Benoît Sabart (Peugeot 106 Rallye), en manque de compétition, s’offre la troisième place de la classe 2, après plus de huit mois d’inactivité, en devançant Audrey Vilatte (Peugeot 106 Rallye), troisième de la Coupe des Dames.
Marise Hoyau : Reine du Gâtinais – Christian Ortéga : en solitaire...

Au volant d’une voiture lui permettant de viser le haut du classement, Marise Hoyau (JPH) s’impose chez les féminines. Elle devance sans coup férir Sophie Szafranski, qui partage le volant de la Simca Rallye 2 de Yann Demimuid et Audrey Vilatte, en double-monte avec Benoît Sabart sur la Peugeot 106 Rallye. Au pied du podium, Alexandra Baron (Citroën AX Gti) coiffe Joëlle Aulong (Renault 5 Alpine), alors que Laure Desterne (Peugeot 306 HDi) écarte Julie Corjon (Peugeot 106 Xsi) de la sixième place.

Après avoir été vu au volant d’un PRM Fun Boost, puis dans le baquet d’une Gloria B5, Christian Ortéga sévit dorénavant avec une Caterham Super 7. Malheureusement et même s’il se fait énormément plaisir avec cette voiture, il était seul en GT.
Alexandre Restellini : Une histoire de famille...

Double vainqueur sortant, Sébastien Cache récidivait en tête des Loisirs, mais il sort avant l’heure du parc fermé final et n’est pas classé, tout comme Pascal Colomer, avec qui il partage le volant de la Volkswagen Golf Gti. À la bagarre tout au long des trois manches, Alexandre Restellini (Peugeot 106 S16) récupère les lauriers de la victoire devant son frère Guillaume, fort occupé à repousser les assauts de Jean-François Cornil, au volant de sa Citroën Xsara HDi de tous les jours, sa Peugeot 309 F2000 courant le même jour en côte. Quatrième du groupe, Patrice Blondel (Peugeot 205 Rallye) coiffe Stéphane Lallemand (Peugeot 106 Xsi) de 0,028s à l’issue de la dernière manche pour le gain de la classe 1. Quatrième de la classe 2, Jean-Luc Desterne repousse Guy Vilatte, troisième de la classe 1, pour de 0,445s à l’issue d’une dernière manche animée.
Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flasch Player
Pour accéder aux classements: télecharger Adobe Reader
  • Repères
Date : 20 juin 2010
15e édition

Organisation : ASA du Loiret & Écurie du Gâtinais
Lieu : Parking Ets Tendron – ZI d’Amilly (45)

Longueur : 1200 m
3 manches

60 concurrents vérifiés
GrE = 8 partants - GrC = 4 partants
GrFS = 8 partants - GrF2 = 11 partants
GrA = 5 partants - GrN = 8 partants
GrGT = 1 partant - Loisirs = 15 partants
58 concurrents classés

Météo : Couvert sans pluie, mais froid…
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés