Contact
Rallye Le Mans : En route pour le Pays Basque !
  •   Général  
  •   Groupe A  
  •   Groupe N  
  •   Groupe F  
  •   Groupes Z, R & GT  
Victorieux au printemps du Rallye de l’Arz disputé en Bretagne, le Normand Guillaume Leblut fait le plein de confiance, avant d’aller affronter les routes du Pays Basque, avec une 2e victoire absolue au volant de la Mitsubishi qu’il a acquis en début de saison !

Contraints de changer de date, les organisateurs ont innové avec un parcours remodelé, mais la participation en chute libre ne les a pas récompensé ! La pluie du matin laisse des routes bien humides pour la première boucle et les quatre roues motrices des Mitsubishi permettent à Guillaume Leblut et Damien Delanoue de faire le trou. Romain Brion, impressionnant meilleur temps de l’ES2, aurait pu semer la zizanie au milieu des Japonaises, mais il sort pour le compte dès l’ES3. Pas en confiance dans l’ES1 avant d’être victime d’une procédure de départ peu orthodoxe au départ de l’ES2, Didier Gouret parvient à revenir à la troisième place. Au volant d’une Clio hors d’âge, Ludovic Surin lorgnait sur cette place, mais le temps perdu en rattrapant un concurrent l’oblige à cravacher et il vient mourir au pied du podium en soufflant, à l’issue de l’ultime chrono, la victoire de groupe N à Jean-Pierre Landron pour deux petites secondes. Romain Brion au tapis, David Villain se dirige vers la victoire en groupe F, mais sa 309 ne lui en laisse pas l’occasion en l’abandonnant à deux pas de l’arrivée de la dernière ES. Concédant 0,9s pour la deuxième place au départ de l’ES6, Christophe Meunier repousse Martial Ouary et décroche le groupe avec 5,6s d’avance !

 
La deuxième de Guillaume Leblut !

Cette seconde victoire est bonne pour le moral de Guillaume Leblut (Mitsubishi Lancer EVO VI) avant de faire le déplacement à Anglet pour la Finale de la Coupe de France en octobre prochain. Pour sa troisième course depuis son retour à la compétition et après deux résultats plutôt mitigés, Damien Delanoue (Mitsubishi Lancer EVO VIII) est satisfait de sa deuxième place à seulement 16,3s. Barré par les Japonaises en tête du groupe, Didier Gouret domine la classe 7. David Cailleteau (Peugeot 306 S16), son second, n’a jamais été une menace, mais il prend une belle 4e place du groupe, alors que Patrice Martin (Peugeot 206 RC), 5e du groupe, n’a jamais été à pareil fête à la 3e place ! Seul en Kit Car deux litres, Alain Maes (Skoda Octavia) sort de la route pour le compte dès l’ES3, alors que tout aussi solitaires dans la classe 6, les époux Marteau (Citroën Saxo VTS) rallient l’arrivée à la 6e place du groupe. Seul chez les Kit Car 1600 cm3, Jean-Luc Bournex (Peugeot 206 XS) rentre à bon port, alors que, beau joueur, Éric Dauvilliers (Peugeot 106 Rallye) laisse les deux dernières spéciales à Stéphane Vesvre (Peugeot 106 Rallye), mais il conserve le gain de la classe 5K pour 15,1s. En ralliant les bords du plan d’eau de Conlie, Philippe Naud (Peugeot 205 Rallye) remporte en solitaire la classe 5.
Ludovic Surin sur le fil !

Jean-Pierre Landron (Mitsubishi Lancer EVO IX) laisse échapper la victoire de groupe, mais pas la victoire de classe 4. Un temps second, Pascal Demons (Subaru Impreza) part à la faute dans l’ES3 et perd le rythme. David Pémartin (Subaru Impreza) ne tremble pas et s’empare de la 2e place à l’issue de l’ultime ES pour 3,1s. Déçu d’échouer au pied du podium du général, Ludovic Surin (Renault Clio Williams), lauréat de la classe 3, se console avec la victoire de groupe, alors que Florent Genestet (Peugeot 206 RC), en bagarre pour la 2e place, est à nouveau contraint à l’abandon (transmission). Mickaël Paré (Peugeot 306 S16) court peu, mais il reste redoutable et il le prouve en décrochant la seconde place. Gil Delamare se dirigeait vers dernière marche du podium de la classe 3, mais sa Peugeot 206 RC le lâche dans l’ultime ES et Daniel Rault, au volant de la Renault Clio RS de son fils Matthieu, récupère la place laissée vacante ! En s’imposant lors des six spéciales à disputer, Yohann Mouillé, domine largement Stéphane Pécate (Citroën Saxo VTS) pour le gain de la classe 2. À l’instar de son frère dans la classe supérieure, Ludovic Mouillé rafle lui aussi les six meilleurs temps de la classe 1, alors que Sébastien Gourdon (Peugeot 205 Rallye), de retour aux affaires depuis peu, n’a aucun mal à dominer Maxime Blanchet (Peugeot 106 Rallye) pour la 2e place.
Final Hitchcockien pour Christophe Meunier !

Romain Brion (Renault Clio RS), hors de la route dès l’ES3 et David Villain (Peugeot 309 Gti) en panne et qui ne parvient pas à franchir la ligne d’arrivée de l’ultime chrono, permettent à Christophe Meunier (Peugeot 206 CC) de coiffer Martial Ouary (Peugeot 206) sur le fil, pour la victoire de groupe et de la classe 14. Derrière, entre Cédric Le Nicol (Renault Mégane) et Fred Bos (Renault Clio Williams), ça c’est joué avec un écart qui n’a jamais dépassé la poignée de secondes dans un sens ou dans l’autre, mais c’est finalement le pilote de la Mégane qui prend le dessus pour la 3e place, avec 3,4s d’avance sur le pilote de la Clio. Olivier Durand (Citroën Saxo) et Jérôme Molac (Peugeot 106) dominent la classe 13, mais le dernier chrono est fatal à leur monture. Pour son second rallye, Anthony Mary (Peugeot 205 Gti) n’en demandait pas tant et il rafle la mise, alors que Nicolas Lecomte (Peugeot 205 Gti) avait déjà jeté l’éponge à l’issue de la première boucle. Venu glaner quelques points supplémentaires en vue de la Finale, Jean-Claude Pèlerin (Peugeot 205 Rallye) n’avait qu’à rallier l’arrivée pour atteindre son objectif et remporter la classe 12, alors que pour une fois, Pascal Launay avait un adversaire dans la classe 11, mais Florent Fauvel (Renault Twingo) sort pour le compte dès l’ES1.
Régis Monguillon, Patrick Rieux et Joël Mallet en vainqueur !

La multiplication des groupes et des classes permet sans doute aux spectateurs de voir et d’apprécier des autos différentes, mais elle disperse les forces en présence et n’apporte aucun intérêt sportif.


Pour une fois, le groupe Z était fort bien représenté avec quatre concurrent au départ. En forme, Thierry Kerveno (BMW M3) s’installait dans le top 10 du général, mais il était victime de coupures moteur lors de l’ES4 l’obligeant à renoncer. Il laisse Régis Monguillon (BMW M3) et Christian Baron (BMW M3) au coude à coude pour la victoire. Lâché par sa Lancia Delta Integrale, Gérard Ferré abandonne au départ de la dernière ES.



Sans adversaire en groupe R, Patrick Rieux (Renault Clio R3) rentre à la 19e place du classement général, après avoir donné la réplique à Joël Mallet (Porsche 911), seul en GT et qui clôt le top 20 à 2,2s de la Clio R3.
Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flasch Player
Pour accéder aux classements: télecharger Adobe Reader
  • Repères
Date : 11 & 12 septembre 2010

45e édition
Organisation : ASACO Maine - Bretagne & Écurie Le Mans
Site : www.ecurielemans.org

Lieu : Conlie (72)
Longueur : 125,000 Km
1 étape & 3 sections
6 épreuves spéciales
Tennie : 3 x 4,800 Km
Conlie : 3 x 9,200 Km
Soit : 42,000 Km chronométrés

54 partants
41 classés

Météo : Pluie avant le départ, puis beau temps…
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés