Contact
Rallye Cœur de France : La gestion avisée de Philippe Taffonneau !
  •   Scratch  
  •   Groupe A  
  •   Groupe F  
  •   Groupe N  
  •   Groupes R, GT & Z  
Trois fois sur le podium lors des trois dernières éditions avec une 3e place en 2007 et deux secondes places en 2008 et en 2009, Philippe Taffonneau parvient enfin à s’imposer, à l’issue d’un Rallye géré de mains de maître, dans la seule épreuve majeure du Comité qui manquait à son palmarès !

Le Tourangeau a construit sa victoire dès le vendredi soir, lors d’une première étape disputée dans des conditions délicates et qu’il termine avec une marge confortable de plus de 48s sur son poursuivant immédiat ! La seconde sera pour Philippe Taffonneau une simple formalité lui permettant de décrocher la victoire qui manquait à son palmarès ! Relégué à plus d’une minute au départ de la seconde étape, Marc Amourette va faire voler sa petite C2 sur les routes du Perche Vendômois et rafler six des huit spéciales de la journée pour venir déloger Jean-Luc Roché de la deuxième marche du podium. La messe était dite à l’arrivée de la première étape pour le gain du groupe F ! Thierry Boisdron profite des atermoiements de Philippe Rageau pour pointer avec plus d’une minute d’avance. La seconde journée ne sera plus qu’une simple formalité, même si un petit coup de chaud pour Thierry Boisdron lors de l’ES7 permet à son camarade Philippe Rageau de revenir sous la minute. Michel Morin domine logiquement le groupe N. Pas à l’aise le vendredi soir, Éric Gonnet revient le lendemain en débordant Jean-Pierre Landron, mais le retard était trop important pour revenir sur le Berrichon.

 
Philippe Taffonneau sans souci !

Seul en A8W, Jean Galpin (Subaru Impreza WRC) n’a jamais été menaçant pour Philippe Taffonneau (Toyota Célica GT4), vainqueur de la classe 8, avant de se retirer au cours de l’ES11. En bagarre jusqu’à l’ES3, Laurent Fauguet (Mitsubishi Lancer EVO9) concède plus d’une minute sur une escapade hors-piste lors de l’ES4 avant de renoncer à l’arrivée de l’ES6. Funambule au volant de sa Citroën C2 S1600, Marc Amourette décroche la classe A6K, alors que Jean-Luc Roché (Peugeot 207 S2000) s’impose en solitaire en A7S. 4e du groupe, Frédéric Souffez (Citroën Saxo VTS) décroche la classe 6, mais un gros souci de direction dans l’ultime chrono a failli lui coûter très cher, Hervé Langlois (Citroën Saxo VTS) n’étant qu’à une portée de fusil ! Débarrassé dans la classe 7 de David Cailleteau (Peugeot 306 S16) et de Patrice Martin (Peugeot 206 RC) dès la fin de la 1e étape, Jean Blayon (Peugeot 206 RC) n’avait plus qu’à se laisser glisser vers l’arrivée à la 5e place de groupe, alors que seul en A7K, Michel Thomas (Renault Clio Williams) rejoignait la liste des abandons. Second en A6K depuis l’ES1, Joël Bardin (Peugeot 206 XS) se fait coiffer sur le fil par Julien Lechâtellier (Peugeot 206 XS) pour 8,5s, alors que Stéphane Vesvre (Peugeot 106 Rallye), en A5K et Jean-Claude Pèlerin, au volant de la Peugeot 205 Rallye de son fils Stéphane rallient l’arrivée en solitaire dans leur classe respective !
Thierry Boisdron de bout en bout !

Sans doute mieux inspiré, Thierry Boisdron (Renault Mégane) s’installe rapidement, pour ne plus en bouger, en tête du groupe et de la classe 14, alors que Philippe Rageau (Renault Mégane) parvient à revenir à la seconde place. Auteur d’une prestation solide malgré un support moteur défaillant, Christophe Charloton (Citroën Saxo) prend la 3e place et s’impose dans la classe 13, alors que Christophe Meunier (Peugeot 206 CC) part à la faute lors de l’ES11 en tentant de lui ravir la dernière marche du podium. Alain Colin (Peugeot 206) out lors de l’ES7 et Grégoire Sicard (Peugeot 306) à la faute lors de l’ES5, c’est Joël Jovelin (Renault Clio) qui prend la 3e place de la classe 14. En délicatesse avec sa boîte de vitesses, Jean-Luc Souffez (Citroën Saxo), second de la classe 13, n’a pas été en mesure de se bagarrer avec Christophe Charloton, mais il prend une belle 4e place de groupe. Christophe Pasquet (Peugeot 205 Gti) et Michaël Esnault (Peugeot 205 Gti) ayant été victimes de sorties de route, Frédéric Martin (Peugeot 205 Gti) accède à la 3e place. La boîte de vitesse à l’arrivée de l’ES3 pour Stéphane Pèlerin (Peugeot 205 Rallye) et une sortie de route dans l’ES10 pour Gérard Sainson (Peugeot 205 Rallye), de retour à la compétition, laisse Stéphane Mulon (Peugeot 106) seul en lice dans la classe 12, alors qu’Anthony Caplan (Fiat Seicento) avait déserté dès l’ES2 la classe 11 où il était seul.
La maîtrise de Michel Morin !

Distancé de plus d’une minute par Michel Morin (Mitsubishi Lancer EVO7) à l’issue de la première étape, Éric Gonnet (Subaru Impreza) n’a que partiellement réussi à combler l’écart. Dans sa remontée, il repousse Jean-Pierre Landron (Mitsubishi Lancer EVO9) sur la dernière marche du podium du groupe et de la classe 4, alors que Pascal Demons a dû se retirer à cause d’un début d’incendie sur sa Subaru Impreza. 4e du groupe et leader de la classe 3 à l’issue de l’ES9, Laurent Hérembert (Peugeot 206 RC) est contraint à l’abandon dans la suivante. Il laisse Thomas Gaumé (Renault Clio RS) seul en tête, car Alain Daligault (Renault Clio RS) doit renoncer dans l’ultime spéciale. La 4e place du groupe revient à Romain Harnois (Citroën Saxo VTS), vainqueur de haute lutte de la classe 2. Distancé de seulement 0,9s à l’issue de l’ES7, Lionel Mesnager (Citroën Saxo VTS) abandonne au point stop d’une ES8 difficilement terminée. Après un départ prudent pour son retour à la compétition, Aymeric Ticot (Citroën Saxo VTS) revient ensuite pour prendre la 2e place, alors que Fabricio Fernandes (Citroën Saxo VTS) profite de la sortie de route éliminatoire de François-Xavier Langlet (Citroën Saxo VTS) lors de l’ES7 pour récupérer la 3e. Après avoir fait jeu égal avec Frédéric Jacquot (Peugeot 106 Rallye) qui le devançait encore de 9,3s à l’issue de l’ES10, Jean-François Badier (Citroën AX Gti) se fâche dans les deux dernières, puisqu’il efface son passif pour s’imposer dans la classe 1 avec 7,4s d’avance !
Thierry Bureau dans son jardin !

Même s’il connaît les spéciales de la deuxième étape comme le fond de sa poche, Thierry Bureau (Citroën C2) a dû batailler pour se défaire des griffes de Benoît Vaillant (Citroën C2) et s’imposer en tête du groupe et de la classe 2, alors que Raphaël Sébire (Citroën C2), dans le bon wagon, décroche la 3e place. Sans prétentions au groupe, Fabrice Bect (Peugeot 207 RC) remporte la classe 3, car une pénalité fait dégringoler Yannick Ramé (Renault Clio RS) au classement à l’issue de la première étape et Julie Galpin sort à nouveau de la route pour sa première course au volant d’une Renault Clio RS.

Largement en tête des GT et seul dans la classe 9, Vincent Humeau (Hommell RS2) abandonne au cours de l’ES10 et laisse filler Fabrice Chabroux (BMW Z3M), seul dans la classe 10, vers la victoire.

Seul dans le groupe Z, Marc Duponchel boucle les 146,320 Km de spéciales à la 44e place du général au volant de son inusable BMW 3.25i.
Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flasch Player
Pour accéder aux classements: télecharger Adobe Reader
  •   Repères  
Date : 24 & 25 septembre 2010

13e édition
Organisation : ASACO Perche – Val de Loire & Cœur de France Organisation
Site : www.rallyecoeurdefrance.org

Lieu : Tours, Amboise (37) & Savigny-sur-Braye (41)
Longueur : 476,730 Km
2 étapes & 5 sections
12 épreuves spéciales
Chargé – Sainte-Règle - Amboise : 2 x 6,950 Km
Vernou – Noizay - Nazelles : 2 x 12,900 Km
Savigny-sur-Braye : 3 x 15,120 Km
Bonneveau - Sougé : 3 x 10,300 Km
Cellé : 2 x 15,180 Km
Soit : 146,320 Km chronométrés

67 partants
40 classés

Météo : 1e étape mouillée puis 2e étape sèche…
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés