Contact
Rallye de Bessé-sur-Braye : Les autres cassent, Jean-Luc Roché passe !!!...
  •  Scratch 
  •  Groupe A 
  •  Groupe F 
  •  Groupe R & Groupe GT 
  •  Groupe N 
Son fils l’avait emporté en 2007, mais il n’avait jamais gagné à Bessé-sur-Braye. En passant à travers l’hécatombe qui a mis au tapis les favoris d’un rallye tronqué du quart de ses spéciales, Jean-Luc Roché a réparé cette anomalie !

Avec 85 partants, le plateau alliait la quantité à la qualité avec une pléiade de favoris, mais l'âpreté de la compétition allait tôt-faire d’éclaircir les rangs. C’est André Jézéquel qui renonce dès l’ES1, alors que Bruno Longépé prend la tête des opérations. Malheureusement pour le Nantais, une commande de boîte fantaisiste le contraint à rendre son carnet lors de l’ES3. Dans son ancien jardin, Jean Galpin lui succède au commandement, mais l’assistance de direction de sa Subaru l’oblige à renoncer au départ de la dernière boucle de nuit. Nanti d’une avance confortable sur Didier Gouret, Jean-Luc Roché n’a plus qu’à gérer lors des deux dernières ES pour remporter sa première victoire à Bessé-sur-Braye. Débarrassé de Bruno Longépé pour le gain du groupe F, Nicolas Hernandez réalise une nouvelle performance de haut niveau en accrochant la dernière marche du podium du général, tout comme Romuald Lezeau large vainqueur du groupe R, avec en prime des temps de nuit dans le top 3 lors des deux dernières ES. Sans faire de bruit, Jean-Noël Nombéla domine le groupe N de bout en bout, alors que Pascal Chevallier a attendu la nuit pour prendre le large en GT.

 
Jean-Luc Roché au bout de la nuit !!!...

Seul en A8W, Jean Galpin (Subaru Impreza WRC) laisse la victoire à Jean-Luc Roché (Peugeot 207 S2000), lauréat en A7S, alors qu’un train avant défaillant élimine André Jézéquel (Peugeot 207 S2000). Aux vues de la qualité du plateau, Didier Gouret (Peugeot 206 RC), vainqueur de la classe 7, fait la bonne opération en accédant pour la 7e fois de l'année à la 2e place du général. Avec sa Clio d’ancienne génération, Julien Rambault réalise des prouesses. Il prend la 2e place de la classe 7, alors qu'Yves Arnaudeau (Peugeot 206 RC) accède à la 3e. Paul Paillé (Fiat Punto Kit Car) s’échappe de nuit sous la pluie en tête des A6K. Pourtant, Patrice Robert (Citroën Saxo Kit Car) était en tête au départ de la dernière boucle. De retour, Damien Delanoue (Mitsubishi Lancer EVO8) rafle une classe 8 que Jean-Pierre Durand (Subaru Impreza) et Alain Vasselin (Mitsubishi Lancer EVO9) avaient déserté. Refroidis par ses freins défaillants après un bon départ, Frédéric Souffez (Citroën Saxo) préfère assurer, après 4 tête-à-queue dans l’ES4, la victoire de classe 6, d’autant plus facilement que David Charloton (Citroën Saxo), pour les premiers pas de sa nouvelle monture, abandonne à quelques hectomètres de l’arrivée. Seul en 5K, Stéphane Vesvre ne prend même pas le départ de l’ES1, le « Hans » étant resté à l’assistance ! Même s’ils n’ont réellement disputé que 4 ES (2 en convoi et 2 annulées), Stéphane Pèlerin (Peugeot 205 Rallye) n’a fait qu’une bouchée de Jonathan Gasnier (Peugeot 106 Xsi) pour le gain de la classe 5.
La perf de Nicolas Hernandez !!!...

Bruno Longépé (Peugeot 406 Coupé) avait fait le trou après seulement 2 ES, mais la mécanique l’oblige à se retirer dès l’ES3, ouvrant une voix royale à Nicolas Hernandez (Renault Clio RS) qui va même profiter de l’hécatombe en tête du scratch pour accéder à la dernière marche du podium. Parti fort, Mathieu Étié (Citroën Saxo) tord son train arrière dans l’ES3 et laisse filer Christophe Charloton (Citroën Saxo), en tête de la classe 13, vers la deuxième place du groupe, Guillaume Deflube (Honda Civic) lui chipera même la deuxième place de la classe. En bagarre pour une place sur le podium, Jean-Pierre Lejeune (BMW 3.18Ti) et Michel Mathieu (Peugeot 206) sortent tous les deux avec pour conséquence la neutralisation de l’ES4. Daniel Rault (Renault Mégane) aurait pu en profiter, mais il sombre de nuit sous la pluie, en conservant la 3e place de classe 14 et c’est Christophe Meunier (Peugeot 206 CC), second de cette classe 14, qui décroche la place tant convoitée. Frédéric Gobin (Peugeot 205 Rallye) s’échappe de jour en tête de la classe 12 avant d’assurer de nuit sous la pluie. Les deux derniers meilleurs temps de Stéphane Mullon (Peugeot 106) n’y changeront rien, alors que David Bigot (Peugeot 106) perd le bénéfice de sa 3e place en sortant de la route lors de l’ultime chrono. À l’affût, Pascal Marais gagne une place, alors que Pascal Launay (Peugeot 205), toujours désespérément seul dans la classe 11, le suit au classement général.
Groupe R et groupe GT : Romuald Lezeau et Pascal Chevalier haut la main !!!...

En accédant à la 6e place du général entre les Kit Car de Paul Paillé et Patrice Robert, Romuald Lezeau (Citroën C2) réalise une superbe performance. Il domine le groupe et la classe 2, alors que Thierry Bureau (Citroën C2) semblait en mesure de prendre, lui aussi, une belle place au général, mais l’assistance de sa direction rend l’âme et Arnaud Cadon (Citroën C2) saute sur l’occasion pour le déborder. Yannick Ramé (Renault Clio) aurait sans doute pu se mêler aux Citroën, mais il tape et casse une jante dès l’ES1 et se retrouve dans les profondeurs du classement. Gaétan Aquilino (Peugeot 207 RC) n’en demandait pas tant pour s’imposer dans la classe 3 !
Avec 4 partants, ça faisait longtemps que le groupe GT n’avait pas été si bien représenté, mais Steve Thabard (Renault Clio V6) sortait pour le compte dès les premiers hectomètres de l’ES1 laissant Pascal Chevallier (Porsche Cayman) et Joël Mallet (Porsche 911) s’expliquer pour la victoire. Le Sarthois fait illusion lors des boucles de jour tronquées, avant que le Normand ne s’envole de nuit sous la pluie. Seul dans la classe 9, Thierry Lambré (MG F) rentre à bon port en fermant la marche au général.
Jean-Noël Nombéla de bout en bout !!!…

Jean-Noël Nombéla (Mitsubishi Lancer EVO9) s’installe d’entrée en tête du groupe et de la classe 4 et il ne sera pas inquiété. Plus long à se mettre en jambe, Pascal Lescloupé (Mitsubishi Lancer EVO9) va y laisser quelques plumes, que les neutralisations et annulations de spéciales vont amplifier ! Il va quand même parvenir à contenir Matthieu Rault (Renault Clio RS), vainqueur de la classe 3, pour la deuxième place du groupe. Les premiers tours de roues de sa nouvelle Subaru Impreza ne vont pas se révéler concluants et Xavier Lemonnier abrège la prise en main avant la boucle nocturne, laissant Philippe Bausset (Subaru Impreza) prendre la 3e place de la classe 4. Les temps forfaitaires n’ont sans doute pas joué en faveur de Laurent Borderie (Renault Clio RS), mais il parvient à accéder à la deuxième place de la classe 3, Laurent Hochet (Renault Clio RS) arrivant plus loin. Quatrième du groupe, Stéphane Gardant (Peugeot 106 S16) arrive en tête d’une classe 2 de haute volée, car Florian Cordillot (Peugeot 106 S16), premier leader, ne concède que 7,6s, alors que François-Xavier Langlet (Citroën Saxo) s’est essoufflé en tentant de suivre le rythme. Les interruptions de course n’ont en rien perturbées Thomas Chauffray (Citroën AX Gti), large vainqueur de la classe 1. Florian Vinet (Peugeot 106 Xsi), qui n’est pourtant pas le dernier venu, concède près de 2 minutes, alors que Maxime Blanchet (Peugeot 106 Rallye) sort de la route pour le compte dès l’ES1.
Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flasch Player
Pour accéder aux classements: télecharger Adobe Reader
  •  Repères 
Date : 14 & 15 août 2010

21e édition
Organisation : ASACO Maine - Bretagne & Écurie Val de Braye
Site : www.rallye-besse.com

Lieu : Bessé-sur-Braye (72)
Longueur : 232,000 Km
1 étape & 4 sections
8 épreuves spéciales
Pays Calaisien : 4 x 13,900 Km
Bessé-sur-Braye : 4 x 17,700 Km
Soit : 126,400 Km chronométrés
2 épreuves spéciales annulées

85 partants
62 classés

Météo : Couvert puis pluie…
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2017©Photographic'Mans - Tous droits réservés