Rallye des Coteaux du Layon : Le Layon s’offre enfin à Patrice Laroche !!!...

Repères

Patrice Laroche, vainqueur 2009…

Date : 18 & 19 avril 2009

Organisation : Écurie Plantagenêt

Site : http://rallye.du.layon.free.fr/

Lieux : Beaulieu-sur-Layon (49)

Longueur : 115,000 Km

2 étapes

7 sections

7 épreuves spéciales

La Mulonnière : 3 x 4,200 Km

Doua : 4 x 6,850 Km

Soit 40,000 Km chronométrés

88 partants

64 classés

Météo : Beau le samedi, pluvieux le dimanche

Battu de peu pour la deuxième place en 2007 puis coiffé dans l’ultime chrono en 2008, il restait une marche à gravir pour que Patrice Laroche s’impose au Layon. Malgré le retour tonitruant de Samuel Bézinaud, ce sera chose faite à l’issue d’un duel haletant conclu avec moins d’une seconde d’avance.

 

Troisième en 2007 puis second en 2008, il ne lui restait plus que la dernière marche à atteindre pour que Patrice Laroche s’impose enfin aux Coteaux du Layon. De retour à la compétition, Samuel Bézinaud aurait pu l’en empêcher, mais un tout droit dans l’ES6, alors qu’il était en tête, le repousse sur la deuxième marche du podium. Vainqueur des deux dernières éditions, le couple Didier et Anne Gouret a tenté un temps de suivre le rythme, mais quelques chaleurs au plus fort de l’averse vont les contraindre à assurer un troisième podium consécutif en ce début de saison. Bien aidé sous la pluie par les quatre roues motrices de sa Mitsubishi, Jean-Noël Nombéla lorgnait sur le podium scratch, mais il doit se satisfaire d’une large victoire en groupe N. Bien revenu sur la fin du rallye, Patrice Robert, qui n’a pas réussi à vendre sa Saxo, fait un bon retour à la compétition. Il déborde Philippe Dervillé, le vainqueur du groupe F, dans l’ultime spéciale. Le pilote de Valençay récidive pour la deuxième année consécutive au volant d’une Mégane repeinte en rouge durant l’hiver. Romuald Lezeau peut sans doute s’en vouloir de son tout droit dans l’ES5. Xavier Appercé prend le large pour la deuxième place du groupe N et le pilote de la Clio ne parviendra pas à combler l’écart. Sur sa lancée de Lohéac, Éric Chabrier confirme avec une belle deuxième place de groupe F. Il préserve 1,1s d’avance sur Olivier Thomas revenu comme un boulet de canon au volant d’une nouvelle Clio qui effectuait son premier rallye. La voiture semble avoir du potentiel et le pilote a conservé son bon coup de volant. À l’aise quand les conditions sont délicates, Patrick Groheux aurait sans doute pu se mêler à la bagarre, mais la transmission le contraint à l’abandon dès l’ES4.

 

          » voir le classement…                              » voir les photos

Groupe A : Patrice Laroche, enfin !!!...

 

La persévérance doit faire partie des qualités de Patrice Laroche (Renault Mégane Maxi) qui tient enfin sa victoire, avec la classe 7K, au Layon. Les écarts à Beaulieu-sur-Layon ont toujours été faibles et 2009 ne déroge pas à la règle. La pluie n’a sans doute pas facilité le retour de Samuel Bézinaud (BMW M3) à la compétition. Le potentiel de l’homme et de la machine est toujours là. La petite erreur de l’ES6 lui coûte la victoire, mais il conserve la classe 8. Didier Gouret (Peugeot 206 RC) n’avait pas les moyens pour lutter devant, mais il domine largement la classe 7. Quatrième du groupe, Patrice Robert (Citroën Saxo Kit Car) retrouve ses marques et remporte la classe 6K. Très incisif mais commettant beaucoup d’erreur, Franck Hello (Citroën Saxo Kit Car) prend la deuxième place. Cinquième du groupe, Loïc Barbier (Opel Astra Kit Car) ne s’est jamais mêlé à la bagarre. Il prend la deuxième place de la classe 7K. De retour en rallye, David Thomas (Renault Clio Williams) s’est rapidement remis dans le bain avec la deuxième place de la classe 7. Dans le coup sur le sec, Anthony Magaud (Renault Clio Williams) décroche, pour la dernière marche du podium de la classe 7, sur le mouillé au profit de Julien Rambault (Renault Clio Williams) et Jean-Philippe Rousseau (Renault Clio Williams). Olivier Louis (Citroën Saxo VTS) avait fait le trou en tête de la classe 6 avant qu’Antony Blin (Citroën Saxo VTS) ne renonce en milieu de matinée. Gary Guérin (Citroën AX Gti) était parti le plus fort en tête de la classe 5 mais il sera contraint à l’abandon au départ de la deuxième étape alors que Ludovic Mouillé (Peugeot 205 Rallye) venait de prendre la tête. Le pilote du Team 3 Provinces n’avait plus qu’à surveiller Julien Legeay (Toyota Yaris), à l’aise sous la pluie.

Groupe F : Philippe Dervillé, le récidiviste…

 

Troisième du général lors de l’ES1, Philippe Dervillé (Renault Mégane) prend d’entrée la tête du groupe (et de la classe 14) pour ne plus la lâcher. Très pressant le samedi soir, Éric Chabrier (BMW 3.18Ti) va lâcher prise le dimanche sous la pluie. Il préserve sa deuxième place du retour d’Olivier Thomas qui découvrait sa nouvelle Renault Clio RS et sur lequel il va falloir compter pour les prochaines épreuves. Les conditions seraient restées clémentes, Laurent Étié (Peugeot 306 Xsi) et Daniel Rault (Renault Mégane) auraient participé à la bagarre. La pluie les repousse hors du podium. L’abandon de Patrick Groheux (Citroën Saxo VTS) offre la victoire de classe 13 à Mathieu Étié (Citroën Saxo VTS). Le Rochelais ne pouvait pas suivre le rythme du Vendéen d’adoption, mais il n’avait rien à craindre de ses poursuivants, emmenés par Antonino Pélosato (Citroën Saxo VTS). Troisième de la première étape, Denis Martin (Renault 5 TSE) ne peut même pas défendre ses chances dans la classe 12 pour la deuxième. Handicapé de nuit, Bertrand Pouzet (Citroën AX) reprend ensuite sa marche en avant, en tête de la classe, entamée dès le départ et il ne sera plus rejoint. Loin de démériter, il fait même le meilleur temps de l’ES4 au plus fort de l’averse, Franck Maillochon (Peugeot 106 Xsi) doit se contenter de la deuxième place. Seul dans la petite classe 11, Jérôme Véron (Peugeot 205 Rallye) rentre à bon port, même si son parcours a été loin d’être un long fleuve tranquille, à la quinzième place du groupe.

Groupe N : Jean-Noël Nombéla, au-dessus du lot…

 

Jean-Noël Nombéla (Mitsubishi Lancer Evo9) survole le groupe et la classe 4. Au volant d’une auto qui accuse le poids des années, Xavier Appercé (Ford Sierra Cosworth) ne peut que constater l’écart qui se creuse. De retour à la compétition avec une Mitsubishi Lancer Evo6, Ugo Girardeau réalisait une belle performance avec la troisième place de classe 4 mais il sera contraint à l’abandon dans la dernière spéciale. Distancé mais à l’aise sous la pluie, Paulo Teixeira (Ford Escort Cosworth) prend la mesure des frères Berjot (BMW 3.25i), qui assurent le spectacle avec leur propulsion. Sa boulette de l’ES5 n’a aucune conséquence pour Romuald Lezeau (Renault Clio RS) en tête de la classe 3. Il domine Yann Guérineau (Renault Clio RS), à l’aise lui aussi sous la pluie et qui écarte Michel Porcher (Renault Clio RS). Fabien Labrousse et Sébastien Garnier (Peugeot 106 S16 tous les deux) prennent d’autorité la tête de la classe 2 le samedi soir. La pluie du dimanche change la donne puisque Fabien Labrousse s’égare dans un champ alors que Sébastien Garnier sera contraint à l’abandon. Yohann Mouillé (Peugeot 106 S16) ne profitera même pas de l’aubaine. Irrésistible sous la pluie, Daniel Lambert (Citroën Saxo VTS) le déborde et s’envole vers la victoire. Benoît Saint-Jean (Peugeot 205 Rallye) semblait se diriger vers la victoire de classe 1, mais il doit rendre son carnet à deux spéciales du but. Nicolas Joannic (Peugeot 106 Rallye), son second, n’en profite même pas, incapable de contrer le retour à grandes enjambées de Métayer (Peugeot 205 Rallye), distancé lors de l’ES1 et qui rafle la victoire.

Groupe R : Jean-Pierre Guinel, en solitaire…

 

De retour à la compétition au volant de la bombinette de chez Citroën, Jean-Pierre Guinel n’avait pas d’adversaire avec qui se mesurer au sein du groupe R. Il termine entre le premier de la classe A6 et le vainqueur de la classe N2

 

 

 

 

 

Groupe GT : Erwan Cépa, comme un poisson dans l’eau !!!…

 

Distancé par Joël Mallet (Porche 911) le samedi soir, Erwan Cépa (Nissan 350 Z) inverse la tendance sous la pluie dominicale malgré quelques figures. De retour sur les routes de la région après un galop d’essais dans les Comités limitrophes, le célèbre équipage Sarthois Mallet-Amand sombre en frôlant la catastrophe, mais il parvient à rentrer au parc fermé final.

 

 

 

Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flash Player
Pour accéder aux classements: télécharger Adobe Reader
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés