Rallye Régional Le Mans : Bon pour le moral de Bruno Longépé…

Repères

Bruno Longépé, le vainqueur…

Date : 13 & 14 juillet 2008

43e édition

Organisation : Écurie Le Mans

Site : www.ecurielemans.org

Lieux : Conlie (72)

Longueur : 90,00 Km

3 sections

6 épreuves spéciales

2 spéciales différentes

3 x 8,20 Km

3 x 4,40 Km

Soit 37,80 Km chronométrés

120 partants

88 classés

Météo : Beau temps

Pas vernis depuis le début de saison avec la mise au point délicate de sa Peugeot 406 Coupé, Bruno Longépé se refait un moral tout neuf en s’imposant de haute lutte dans la Sarthe au volant de sa Peugeot 206 Super 1600.

 

Joli succès que cette 43e édition qui, avec 120 partants pour pas loin de 150 demandes, fait largement le plein. Bruno Longépé affiche d’entrée ses prétentions et s’impose dans l’ES1 avec 0,5s d’avance sur Sébastien Ménard (Renault Clio Maxi) et 0,1s de plus sur Patrice Robert (Citroën Saxo Kit Car). Discret dans la première ES, Éric Gonnet (Lotus Exige) surprend tout le monde et rafle l’ES2. Les deux autres boucles ne feront que confirmer la première. Bruno Longépé réalise à chaque fois le meilleur temps de la spéciale la plus longue, mais Éric Gonnet réplique systématiquement dans la courte. Le pilote de la Lotus remonte à la deuxième place du général à 7,8s du pilote Nantais alors qu’il pointait déjà à 7,4s à l’issue de l’ES1. Sébastien Ménard, moins à l’aise sur la petite ES et sans doute encore marqué par sa mésaventure du week-end précédent, se fait déborder dans l’ultime chrono qu’il avait pourtant abordé à égalité de temps avec Éric Gonnet. Le match tant espéré entre Patrice Robert et Laurent Fauguet (Citroën Saxo Kit Car) a enfin pu avoir lieu. La bataille a confirmé toutes les attentes, mais finalement le Nantais s’impose au Parisien. Bien inspiré, Philippe Dervillé (Renault Mégane Coupé) s’échappe en tête du groupe F à l’issue de l’ES1. Il devra composer ensuite avec Sylvain Seray (Citroën Saxo) très pressant qui lui reprend le leadership avant de lâcher prise dans la dernière boucle. Guillaume Leblut (Peugeot 106) a résolu les problèmes de jeunesse de sa monture et participe à la bagarre. À l’issue de l’ES4 il pointe à seulement 1,0s du duo de tête qui se partage la première place avant de s’effondrer lors de la dernière boucle. Vite débarrassé de Jean Pierre Landron (Mitsubishi Lancer EVO IX) qui part à la faute dès l’ES1, Ludovic Surin (Peugeot 306 S16) survole le groupe N. Mickaël Paré (Peugeot 306 S16) commence à prendre la mesure de sa nouvelle monture. Il se rapproche des temps de l’avion Surin et prend une superbe seconde place de groupe. Discret mais efficace tout au long du rallye, Bernard Tremblay (Subaru Impreza) monte sur la dernière marche du podium de groupe tout en surveillant Matthieu Rault (Renault Clio RS), à l’affût de la moindre erreur du Tourangeau.

 

          » voir le classement…                    » voir les photos

Groupe A : Bruno Longépé remporte la bataille des Kit Car…

 

Même si les écarts sont réduits, Bruno Longépé n’a pas eu trop à s’inquiéter pour la victoire de groupe (et de classe 6K). Escort Cosworth détruite par les flammes le week-end précédent, Sébastien Ménard se retrouvait au volant de la Clio Maxi de Thierry Bonvoisin. Constamment sous la menace des furieux en Saxo Kit Car, il conserve la deuxième place du groupe assortie de la victoire de classe 7K. Patrice Robert remporte le match des Saxo Kit Car face à Laurent Fauguet et monte sur la dernière marche du podium de groupe (deuxième de classe 6K). Vainqueur de la classe 7, Jean Christophe Pitois avait du mal à cacher la déception de s’être fait griller une place de groupe par Laurent Fauguet. Il domine, dans la classe, Didier Gouret, enfin de retour après la casse de son moteur. Ils encadrent Jean Luc Roché qui a retrouvé le sourire avec la deuxième place de classe 7K au volant de la Peugeot 306 Maxi du Team FJ dont il cerne un peu mieux le comportement. La retraite de Rudy Morilleau n’aura pas duré bien longtemps. Pour son retour, il prend la troisième place de la classe 7 au volant de la Clio R3 de Boiseau Compétition avec des temps en fin de rallye d’excellente facture. Auteur de passages à couper le souffle, Jean Luc Souffez ne pouvait lutter avec les Kit Car. Un peu loin du top 10, il s’impose dans la classe 6 d’autant plus facilement que Philippe Versabeau (Citroën Saxo VTS), son seul adversaire, ne verra pas l’arrivée pour son retour à la compétition. Ils n’étaient que deux en classe 8 où Régis Monguillon (BMW M3) n’a eu aucun mal à s’imposer face à Thierry Bertolini (Lancia Delta Integrale). Mal réveillé le matin avec un tout droit dès l’ES1, Christophe Lefrançois (Peugeot 106)) laisse filler Stéphane Vesvre (Peugeot 106) en tête de la classe 5K, mais à l’issue d’une remontée énergique, il parvient à s’imposer sur le fil. Moins de soucis pour Frédéric Gobin (Peugeot 205 Rallye) qui domine la classe 5 de bout en bout. Matthieu Pivot (Peugeot 106 Xsi) tente de suivre le rythme, mais il dégringole après un passage dans un champ de blé. Il parviendra à remonter jusqu’à la troisième place, mais il ne pourra pas reprendre Jonathan Gasnier (Peugeot 106 Xsi) qui avait profité de l’aubaine pour s’installer en seconde position.

Groupe GT : L’efficacité d’Éric Gonnet…

 

Pour Éric Gonnet, la victoire de groupe est sans doute anecdotique. Il n’a laissé aucun répit à Bruno Longépé et il aurait pu créer l’énorme surprise de s’imposer au général.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe F : Philippe Dervillé dans l’adversité…

 

Venu pour engranger quelques points en vue de la Finale de Châteauroux, Philippe Dervillé repart avec une victoire de groupe (et de classe 14) qu’il n’a pas obtenu dans la facilité. Sylvain Seray, égal à lui-même, ne lui a pas facilité la tâche, loin s’en faut. Vainqueur de la classe 13, le Normand n’a jamais lâché le morceau d’autant que Guillaume Leblut (second de la classe 13) se mêlait à la bataille avant de faiblir en fin de rallye. Les abandons de Jean Pierre Durand (BMW 3.18Ti), au départ de l’ES1 à cause d’un extincteur déclanché inopinément, puis de Marc Ledue (Renault Clio 16S) en cours d’ES2 ont décimé la tête du groupe (et de la classe 14). Jean François Margely (Renault Clio RS), auteur d’une belle course, en profite pour prendre la quatrième place du groupe (second de Dervillé en classe 14). Ludovic Vindart (Renault 11 GTX) prend la troisième place de la classe 14 en débordant le Bourguignon Romuald Gauthier (Renault Clio RS) dans l’ultime chrono pour 1,1s et en repoussant Éric François (Renault Clio RS), à l’affût, pour 2,4s. Cardan cassé dès l’ES1 pour Cédric Hunot (Citroën Saxo), c’est Patrice Léon (Volkswagen Golf Gti) qui a occupé longuement la troisième place de la classe 13 avant de partir à la faute dans l’ES5 et de plonger au classement. Anthony Courseaux (Citroën Saxo) en profite pour récupérer le dernier accessit. Bruno Causier (Peugeot 106) a dû se cracher dans les mains pour parvenir à remporter la classe 12. Mickaël Étié (Simca Rallye 2) et David Charloton (Talbot Samba Rallye), sans doute moins réguliers que le pilote Normand, échouent respectivement à 4,7s et 8,9s. Seul dans la classe 11, Anthony Caplan, au volant de sa Fiat Seicento Abarth, sera contraint à l’abandon dans l’ES5.

Groupe N : Une victoire de plus pour Ludovic Surin…

 

Jean Pierre Landron au tapis dès l’ES1, Ludovic Surin, qui échoue aux portes du top 10 du général, n’a pas eu trop à forcer pour remporter le groupe N (ainsi que la classe 3). Mickaël Paré (Peugeot 306 S16) commence à comprendre le maniement de son nouvel outil. Deuxième de la classe derrière Ludovic Surin, c’est dommage que Mickaël ne puisse pas rouler plus souvent. Matthieu Rault (Renault Clio RS), troisième de la classe, échoue dans sa remontée à 3,5s de Bernard Tremblay (Subaru Impreza), tranquille vainqueur de la classe 4 après la disparition de Jean Pierre Landron. Jean Michel Bouvet (Renault Clio RS) étrennait en rallye sa nouvelle acquisition. Il échoue au pied du podium de la classe 3 mais il repousse les assauts de David Pémartin (Subaru Impreza), second de la classe 4. Légèrement distancé, Philippe Martin complète le tiercé Subaru sur le podium de la classe 4. La messe était dite en classe 2 à l’issue de la première boucle où Joël Despois (Citroën Saxo VTS) pose 20s à Florian Cordillot (Peugeot 106 Rallye) dans l’ES1 et où Sébastien Garnier (Peugeot 106 S16) sort de la route dans l’ES2. Florian Cordillot fait le forcing pour remonter, mais l’expérimenté Joël Despois conserve 10,9s d’avance sur le podium final. Stéphane Hue (Citroën Saxo VTS) qui finit sa course dans un champ de blé, c’est Mathieu Césari (Peugeot 106 Rallye) qui s’empare de la troisième place de la classe en débordant Damien Vaumousse (Citroën Saxo VTS) dans la dernière boucle. Christophe David (Citroën AX Gti) n’a laissé le soin à personne de prendre la tête de la classe 1. Moins régulier, Matthieu Morlet (Peugeot 106 Xsi) concède 11,5s. Nicolas Joannic (Peugeot 106 Rallye) tenait bon à la troisième place avant de s’égarer dans un champ de blé et de dégringoler à la cinquième place. Frédéric Jacquot (Peugeot 106 Rallye) saute sur l’occasion et grimpe sur la dernière marche du podium au pied duquel échoue Sébastien Gourdon (Peugeot 205 Rallye).

Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flash Player
Pour accéder aux classements: télécharger Adobe Reader
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés