Contact
Journées Inter-Écuries 2011
  •  Groupe N 
  •  Groupe C 
  •  Groupes F & F2000 
  •  Groupes A, GT & Coupe 
  •  Groupes D & E 
Olivier Gillard chanceux !

Le week-end avait pourtant mal commencé pour le pilote de la BMW M3 grise puisqu’un tête-à-queue lors des essais libres se terminait dans un mur de pneus rectifiant au passage l’arrière de la voiture. Pascal Farge, lui aussi sur une BMW M3, s’offre la pole-position, alors que Tony Froger (Clio RS) l’accompagne sur la première ligne. L’envol de Pascal Farge au départ lui permet de se propulser en tête, mais ne profite pas bien longtemps de sa position, car Benoît Bélouin, pourtant parti de la 9e ligne de la grille de départ, finit par trouver l’ouverture. Le pilote du Bebel Racing file vers la victoire, mais à un tour de l’arrivée, le moteur de sa BMW M3 part en fumée. Bien revenu après une partie de mécanique pour reconstruire sa M3, Olivier Gillard, qui avait sauté Pascal Farge peu avant, se retrouve en tête à quelques hectomètres du drapeau à damiers qu’il franchit avec 1,317 d’avance ! À la 3e place, Gaétan Berriau complète un podium entièrement monopolisé par les pilotes de BMW M3, alors que Francis Lelgouach place sa nouvelle Mégane RS à la 4e place. Septième, Christophe Sendrier (206 RC) s’impose dans la classe 3 en devançant son camarade Sylvain Alix (206 RC), alors que Patrick Béhal coiffe Tony Froger pour la 3e place. Jean-François Mallet (Twingo RS) n’a aucun mal à dominer Stéphane Pécate (Saxo VTS) pour le gain de la classe 2, alors que Michel Cottin (205 R) a dû batailler ferme pour écarter Clément Closménil (205 R) de la victoire de classe 1.
 
La balade d’Henri Néel !

Auteur de la pole-position, Henry Néel (Norma M20) ne rate pas son départ et il s’échappe ensuite vers la victoire. Personne ne le reverra, sauf sur le podium où il est rejoint par Louis Bureau (Norma M20), tout heureux de se retrouver à la seconde place et par Jérôme Sornicle (Merlin MP23), pénalisé par sa mauvaise position sur la grille de départ. Sur la première ligne aux côtés du futur vainqueur, Jérémie Lajoux (Marlin MP23) n’a pas résisté à la pression en partant à la faute lors du 3e tour au virage de la Chapelle. Il entraîne dans sa mésaventure le pauvre Robert Tourillon (Norma M20), au mauvais endroit au mauvais moment ! Quatrième sous le drapeau à damier, Lucien Monceau (Norma M20) ne retire pas le bénéfice de sa belle course, car une pénalité de 30 secondes pour dépassement sous drapeaux jaunes le repousse à la 6e place. En bagarre avec le Sarthois, Jean Simon (Norma M20) pointe donc au pied du podium, alors que Marc-Antoine Dannielou (Funyo 5) arrive en tête de la cohorte des pilotes Funyo où il devance Dominique Brulon (Funyo 4) et Patrick Jamault (Funyo 4).
 
François Séchaud opportuniste !

À l’extinction des feux, Alain Dérognat (BMW 3.23i) ne laisse aucune chance à François Séchaud (Ford Escort RS2000) en s’envolant sans problème de la pole-position. Quatrième sur la grille de départ, Louis Douillet part en tête-à-queue à la chicane Dunlop et sème la pagaille dans le peloton. Roland Bellouard (Simca Rallye 2) percute violement la Mégane en perdition et reste sur le carreau, alors que Louis Douillet se traîne jusqu’aux stands pour abandonner. Alain Dérognat creuse irrémédiablement l’écart en tête, mais à deux tours de l’arrivée, la BMW se met à fumer, car le pont arrière commence à lâcher. Le Lyonnais abrège le calvaire un tour avant le drapeau à damier et dégringole à la 7e place. Sans le vouloir, François Séchaud se retrouve en vainqueur sur la ligne d’arrivée. Jérôme Poulat (Peugeot 205), largement en tête des F2000, se dirigeait vers la seconde lace, mais son moteur commence à l’abandonner et, en se traînant vers la ligne d’arrivée où il conserve sa 1e place en F2000, Christian Déal (BMW 3.23i) le déborde dans l’ultime boucle. Trop distancé, Franck Hardonnière (Honda Civic Type R) ne peu subtiliser la victoire en F2000, tout occupé qu’il était à contenir Freddy Rault (Renault 5 GT Turbo) dans ses rétroviseurs !
 
Éric Bernabé de haute lutte !

Franck Diversay (Peugeot 406), en pole-position et Éric Bernabé (Opel Astra) occupaient un première ligne de la grille de départ monopolisée par les Silhouettes, mais les Porsche de Roland Chotard (997 GT3 Cup) et Gaétan Dupas (996 GT3 Cup) profitaient de leur motricité pour effectuer un meilleur départ et attaquer les premiers tours en tête. Il faudra près des trois quarts de la course à Éric Bernabé pour trouver l’ouverture et s’imposer sur le fil avec 2,247s d’avance sur Franck Diversay, qui saute Roland Chotard sous le drapeau à damiers pour 0,421s ! À portée de fusil, William Lormeteau (Peugeot 406) amène la 3e silhouette du plateau au pied du podium du général, alors que Serge Juillet (997 GT3 Cup) emmène un petit peloton de Porsche complété des 996 GT3 Cup de Thomas Brevel et Gaétan Dupas. Dans un mouchoir de poche où ils sont quatre regroupés en moins de trois secondes, Pascal Desbrée (BMW M3) arrive en tête du groupe A. Il devance la Mégane carburant au gas-oil de Philippe Géhin et François Chotard, le premier des Clio Cup, alors qu’Éric Séchaud place sa toute nouvelle et originale Audi A3 à la seconde place du groupe A. Sur le podium des Clio Cup, Yann Lamotte vient prendre la seconde place, alors que Thierry Boissière repousse Daniel Froger pour 5,330s.
 
Anthony Loeuilleux encore et toujours !

Enfin regroupées dans une seule et même course, les monoplaces ont été dominées par les Tatuus de Formule Renault. La grille de départ était bien clairsemée, car "Peter" (Tatuus FR), 3e des essais et Jean-Paul Dussouchaud (Dallara F3), sur la 4e ligne, manquaient à l’appel, alors que Lucien Ybert (Dallara F3) avait lui aussi déserté le fond de grille ! Habitué des chevauchées en solitaire, Anthony Loeuilleux n’a pas dérogé à la règle, mais sa domination a cette fois-ci été contestée par Adrien Hervouët, second à seulement 2,291s alors qu’il ne concédait que 0,683s aux essais. Au milieu des Tatuus, les Dallara F3 d’Arnaud Perrette et Philippe Fusillier se sont livrées bataille pour la dernière marche du podium, mais Arnaud Perrette, au volant d’une auto plus récente, n’a laissé aucune chance au pilote de l’Écurie 80. Les Tatuus de Formule Renault étaient en nombre et Gilles Devos emmène ensuite un petit groupe où se retrouvent René Dalais et Jean-Roger Meignen, alors que Gérard Pargamin place sa Martini MK51 datant de la grande époque du Championnat de Formule Renault Turbo en 1987 à la 9e place. Isolé au milieu de voitures beaucoup plus puissantes, Patrick Weiss place sa petite Swift de Formule Ford à la 14e place.
 
Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flasch Player
Pour accéder aux classements: télecharger Adobe Reader
  •  Repères 
Date : 29 & 30 octobre 2011

Organisation : Automobile Club de l’Ouest
Site : www.lemans.org

Lieu : Circuit Bugatti – Le Mans (72) Longueur : 4,185 Km

Essais Libres : 30 minutes
Essais qualificatifs : 20 minutes
Course : 8 tours soit 33,480 Km

125 concurrents vérifiés
Groupe N : 28 concurrents
Groupe C : 19 concurrents
Groupe F & F2000 : 27 concurrents
Groupe A & GT : 30 concurrents
Groupe D & E : 21 concurrents

Météo : Couvert avec pluie le samedi – Beau temps le dimanche…
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés