Journées Inter-Écuries – Circuit Bugatti : Et maintenant, la trêve !!!…

Repères

Ghislain Boëtti, vainqueur du Gr E

Date : 25 & 26 octobre 2008

Organisation : Automobile Club de l’Ouest

Site : www.lemans.org.com

Lieu : Circuit Bugatti Le Mans (72)

Longueur : 4,180 Km

166 concurrents vérifiés

Groupe N : 32 concurrents

Groupe F : 28 concurrents

Groupe A & GT : 45 concurrents

Groupe C : 28 concurrents

Groupe D & E : 33 concurrents

Météo : Beau le samedi – Brouillard puis couvert le dimanche

Comme tous les ans, c’est sur le circuit Bugatti que sont conviés les licenciés des Associations Sportives Automobiles affiliées à l’Automobile Club de l’Ouest pour clore une saison de sport automobile dans l’Ouest.

 

Évoluant habituellement en rallye, en course de côte ou en slalom mais également en circuit (asphalte ou terre), les pilotes licenciés ont la possibilité de se retrouver, gratuitement s’ils sont sociétaires de l’Automobile Club de l’Ouest, pour s’affronter sur la piste du circuit Bugatti. Réparti dans une catégorie qui correspond à sa voiture, chaque pilote à la possibilité d’en découdre avec des concurrents qu’il n’a pas l’habitude de rencontrer. Après des essais libres d’une durée de 30 minutes le samedi, les concurrents se sont retrouvés le dimanche matin pour une séance d’essais chronométrée déterminant la grille de départ de chaque groupe. Le brouillard s’était invité, repoussant le départ et réduisant la durée des qualifications à un sprint de 15 minutes sur une piste froide et glissante propice aux figures en tout genre. Sans enjeux particuliers, si ce n’est le plaisir d’évoluer sur une piste mythique dans une ambiance conviviale et devant un public, invité gratuitement lui aussi, les courses n’en sont pas moins âprement disputées. Si le résultat des compétitions n’influence en rien les classements des pilotes des différents Trophées mis en jeu par l’Automobile Club de l’Ouest, il revêt une grande importance pour le Trophée des Écuries. Les écuries étant les forces vives et à la base de l’organisation des épreuves, les résultats glanés par leurs pilotes régulièrement inscrits alimentent le compteur de points d’un Trophée récompensant leurs efforts et décerné lors de la traditionnelle remise des prix qui aura lieu durant l’hiver.

Groupe N/FN : Olivier Nicolle sur le fil !!!...

 

Avec huit modèles de la production Bavaroise sur trente voitures admises à participer à la course, la grille de départ avait des allures de coupe BMW M3. C’est avec beaucoup d’opportunisme qu’Olivier Nicolle a réussi à se sortir du traquenard que Steve Compain et Pascal Desbrée lui avaient tendu pour lui barrer le chemin de la victoire. Auteur de la pole-position, Olivier Nicolle a dû ferrailler ferme pour venir à bout de la coalition des BMW grises de Steve Compain et Pascal Desbrée. Le tout récent Champion de France du groupe N de la Montagne parviendra finalement à s’imposer sur le fil avec moins d’une seconde d’avance sous le passage du drapeau à damiers. Au pied du podium, Olivier Mohiran devance Christophe Huyghe qui, au volant de sa Honda Civic, brise l’hégémonie des BMW M3 et remporte la classe 3. Pourtant bien placé sur la grille de départ, Nicolas Grué n’en finira pas de perdre des positions pour finalement terminer huitième. Peu représentées, les petites classes ont été remportées par Daniel Lambert (Citroën Saxo VTS) chez les 1600 cm3 et par André Bellessort (Peugeot 205 Rallye) pour la classe 1.

 

         » voir le classement…                    » voir les photos

Groupe A/FA – GT – HC & Coupe : Patrick Fiault haut la main !!!...

 

C’était sans doute le groupe le plus hétéroclite de la journée avec de vrais groupes A mais également des véhicules de la Coupe Porsche, des Clio Cup, des GT et même deux magnifiques silhouettes avec l’Opel Astra de Jean Yves Roussel et la BMW M3 de Serge Juillet. Sans avoir à puiser dans ses réserves, Patrick Fiault remporte haut la main la course réservée aux groupes A, GT, Coupe de Marque et véhicules Hors Catégorie (Silhouettes). Devancé aux essais par Ludovic Jousset (Renault Mégane Trophy), Patrick Fiault prend la poudre d’escampette dès le départ et ne sera plus inquiété. Ludovic Jousset ne parvient même pas à boucler le premier tour puisqu’il finit sa course dans le bac à gravier du virage du raccordement. La lutte derrière Patrick Fiault a été serrée avec cinq pilotes regroupés en cinq secondes. Roland Chotard contient à grand-peine Laurent Debout sous la pression de Dominique Laure. Au volant d’une originale Seat Leon Super Copa, Éric Bernabé repousse les assauts de Jean Yves Roussel. Plus loin, Alain Marzolini contient Franck Solladier alors que Frédéric Blin s’impose en Clio Cup face à Philippe Maurin.

 

         » voir le classement…                    » voir les photos

Groupe D/E : Anthony Janiec file à l’anglaise...

 

La baisse du nombre de concurrents engagés oblige les officiels à regrouper pour la même course les groupes D et E. Anthony Janiec n’a laissé aucune chance à Ghislain Boëtti pour s’imposer dans la course réservé aux monoplaces. Ghislain Boëtti avait pourtant réalisé la pole-position, mais Anthony Janiec s’échappe rapidement pour ne plus être rejoint. Vient ensuite un peloton compact de Formule Renault où Anthony Loeuilleux a fort à faire pour contenir Julien Néel et préserver sa place sur la dernière marche du podium. Guillaume Billaudel et Sébastien Banchereau terminent quasiment roues dans roues sur les talons de Julien Néel. Second des Formules 3 du groupe D, Philippe Fusiller a dû batailler ferme pour repousser Frédéric Morihan. Premier pilote à un tour, Lucien Monceaux n’en réalise pas moins une belle performance au volant d’une antique Dallara F3 de 1982 propulsée par un Ford Cosworth.

 

         » voir le classement…                    » voir les photos

Groupe F/F2000 : Éric Séchaud sur tapis vert...

 

Stéphane Dumas avait dominé sur la piste, mais une pénalité le prive de la victoire qui revient à Éric Séchaud, jamais distancé et qui était resté en embuscade. Éric Séchaud profite de sa pole-position pour s’installer en tête, mais il devra finalement s’incliner face à Stéphane Dumas. Au volant de l’Audi 200 Championne de France des voitures de Production en 1986 avec Xavier Lapeyre, Stéphane Dumas tente une échappée, mais ses trajectoires en dehors des limites de l’aire de jeu lui valent un drapeau noir qu’il ne voit pas. Les commissaires sportifs lui infligent donc une pénalité de vingt-cinq secondes qui le fait rétrograder à la seconde place. François Séchaud contraint à l’abandon dès le premier tour, c’est Louis Douillet qui complète le podium et qui remporte le groupe F2000. Jérôme Moraines avait pris ses distances sur Christophe Vacheresse, resté sous la pression constante de Gilles Winants, rejoint sur la ligne par Jean-Jacques Maurel. Premier des pilotes à un tour, Roland Bellouard coupe la ligne et conclu un week-end qui avait bien mal débuté. Cela faisait bien dix ans que Pascal Richardeau n’avait plus usé du pneu sur le circuit Bugatti au volant de sa célèbre Simca Rallye 3 orange fluo. Un moteur de rechange pour ne pas fatiguer celui utilisé habituellement en côte et le revoilà de retour en piste pour étoffer un groupe F qui commence à sérieusement se réduire. Après des essais prudents, la course démarrait sous de bons hospices. Malheureusement, la casse du levier de vitesse dès le second tour ne lui facilitera pas la tâche et le repoussera hors d’un top-ten qu’il aurait pu atteindre. En fin de classement, Philippe et David Hugla ont enthousiasmé les spectateurs avec leurs passages tout en glisse au volant d’antiques propulsions menées avec maestria.

 

          » voir le classement…                    » voir les photos

Groupe C/C3/CN : La balade d’Henri Néel...

 

Sans adversaires à sa mesure, Henri Néel a dû se sentir bien seul en tête de la course du groupe C qu’il remporte avec une marge confortable. L’an passé, après lui avoir mené la vie dure, Richard Dumas (Peugeot 905 Spyder) s’était imposé face au Normand. Cette année, la mécanique en a décidé autrement et Henri Néel s’est rapidement retrouvé seul en tête de la course. Ariel Chartier a tenté de s’accrocher aux basques de la Norma, mais un soucis dans le dernier tour lui a fait perdre le bénéfice de sa course et c’est en roues libres qu’il franchit la ligne d’arrivée relégué à la cinquième place. Robert Tourillon, Jérôme Sornicle et Jean Simon en ont profité pour s’intercaler et compléter un quatuor entièrement aux couleurs Norma. Sans camarades de jeu, Max Fortier termine, isolé, à la sixième place. L’Inter-Écuries ne comptait pas pour le Challenge Funyo, mais pourtant, avec la moitié du plateau réuni, les Funyo 4 RC ont envahi la course des groupes C. D’un rapport prix/plaisir/performance imbattable, ces barquettes à châssis tubulaire et moteur d’origine Peugeot de 190cv pour un poids total de 580 Kg concourent au sein de la Série FFSA. Habitués des joutes en peloton, les pilotes de Funyo, dont Yves Ohrant leur concepteur et constructeur, se sont livrés une lutte acharnée qui se solde par une arrivée au finish avec quatre voitures regroupées en moins de deux secondes emmenées par François et Serge Hériau poursuivit par Jacques Fontbonne menacé par Patrick Jamault.

 

         » voir le classement…                    » voir les photos

Pour accéder aux images: télécharger Adobe Flash Player
Pour accéder aux classements: télécharger Adobe Reader
Conception graphique & réalisation par Photographic'Mans
2008-2018©Photographic'Mans - Tous droits réservés